Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 17:02

Graduation

Vous postulez à une université américaine, britannique, australienne, canadienne ou toute autre université dans le monde et vous devez fournir une traduction assermentée d’un épais dossier de candidature ?

Tout d’abord, assurez-vous que cette traduction doit vraiment être assermentée :

La question peut paraître absurde mais elle est en fait très pertinente. La notion detraduction assermentée telle qu'on l'entend en France n'existe pas réellement dans la plupart des pays anglo-saxons. Au Royaume-Uni on fait la distinction entre «Certified translation» et «Sworn translation» (littéralement une traduction jurée).

 

La «Sworn translation» est réalisée par un traducteur puis authentifiée par un notaire qui n'a pas nécessairement de connaissances linguistiques. Le coût est d'ailleurs très élevé.

 

 Aux Etats-Unis, «Certified translation» signifie généralement une traduction portant le tampon du traducteur attestant qu'il s'agit bien d'un professionnel (avec tous les numéros d'identification officiels pouvant en attester tels que le numéro de TVA, le numéro d'enregistrement au registre du commerce etc.) ainsi que ses coordonnées complètes. C'est ce que nous appelons chez LinguaSpirit les «traduction visées».

 

 En France, le terme «traduction assermentée» est en réalité un abus de language. Une traduction est en fait certifiée par un professionnel assermenté (seuls les personnes peuvent prêter serment) par une Cour d'Appel. Ces traductions sont donc reconnues par quasiment toutes les autorités et administrations à travers le monde. Mais elles sont plus chères et pas toujours nécessaires.

 

 Connaissez-vous la traduction visée ?

 

La traduction visée est un service exclusif de LinguaSpirit. Ce service a révolutionné l’offre de traduction sur le marché car enfin, les étudiants peuvent fournir des traductions professionnelles sans se ruiner.

 

Une traduction assermentée coûte entre 3 et 80 euros la page. Une traduction visée coûte en moyenne 30 euros la page.

 

 Cela fait trois ans que nous fournissons des traductions visées à des étudiants de tous niveaux postulant à des universités à travers le monde et dans de nombreuses langues.

 

 La mise en page

 

Nous vous livrons des traductions avec une mise en page la plus proche possible de l’original.

 

 

Le délai

 

Nous traitons tous les dossiers comme des urgences. Nous faisons toujours au mieux pour livrer les documents dans le délai que vous nous indiquez.

 

 

 Faut-il se déplacer ? 


 

Il est inutile de vous déplacer. Il vous suffit de nous envoyer vos documents scannés par mail et nous vous renverrons les traductions par mail et par la poste. 

 

Alors n’hésitez plus, envoyez-nous vos dossiers, nous vous ferons un devis immédiat.

Nos coordonnées : 

contact@linguaspirit.com

01 84 17 83 53

 

Repost 0
Published by LinguaSpirit
commenter cet article
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 13:40

maxnewsfrtwo361863.jpg

 

De nombreux pays fêtent Noël avec leurs propres traditions, souvent très éloignées des nôtres. Petit tour d'horizon de différentes spécialités et autres curieuses habitudes recensées à travers le monde.

En Catalogne (Espagne)

 
Les Catalans ont des traditions plutôt inventives : la bûche de Noël prend un tout autre sens puisque là-bas, on crée un genre de piñata en forme d'étron ! Ce Caga Tio, comme on l'appelle est prolongé par un sac, et pour Noël, c'est en le frappant et en chantant qu'on le fait excréter... des cadeaux !

Au Portugal


Les Portugais ont bien pensé leur tradition : plutôt que de faire toute la vaisselle le soir du Réveillon de Noël, ils laissent la table telle quelle avec les restes, au cas où les défunts de la famille veuillent casser une croûte dans la nuit (le Père Noël doit en voir, du monde, quand il passe au Portugal !)

En Allemagne


Ah l'Allemagne... ce doux pays où l'on fête Noël deux fois ! Enfin presque : en plus des cadeaux du 25, les petits Allemands reçoivent des bonbons que Saint Nicolas met dans leurs chaussures (s'ils les ont bien mises dehors) le 5 décembre.

En Angleterre


En Angleterre, ils ont un peu confondu le gâteau de Noël et la galette des rois ! Car on met souvent une pièce dans le fameux Christmas pudding, et celui qui l'a dans sa part devrait devenir riche.

Aux Etats-Unis


Si les Américains, comme nous, s'en mettent plein la panse pour Noël, ils n'en oublient pas pour autant le Père Noël, à qui ils réservent des cookies et du lait placés à l'extérieur de la maison.

En Australie


Que croyez-vous qu'on fait quand les températures frisent les 30°C pour Noël ? On organise un barbecue sur la plage !

Au Japon


Traditionnellement, au Japon, Noël, c'est comme tous les jours chez nous, puisqu'on commande un hamburger au KFC !

En Islande


On troque le foie gras pour de la peau de baleine ! Assaisonnée de gras de baleine, ça devrait vous tenir au corps. On oubliait de vous dire : ça se mange cru.

Au Venezuela


Au Venezuela, on a la croyance fun, puisque tout le monde se pointe à la messe du matin de Noël en rollers. Et on oublie pas de laisser la priorité aux mamies !

En Italie


Encore un pays qui fête Noël deux fois. Au lieu du 5 décembre et de Saint Nicolas, en Italie, c'est la gentille sorcière Befana qui se pointe les bras chargés de cadeaux le 6 janvier, pour l'Epiphanie.

Au Pays de Galles


Les amateurs d'alcool ne prennent pas de break pour Noël, loin de là ! Surtout au Pays de Galles, en fait, où on chante à toutes les portes déguisé en cheval mort (ne demandez pas pourquoi !) dans l'espoir de récolter bonbons et bière en quantité. En gros, c'est comme Halloween aux Etats-Unis, sauf que c'est pour les adultes et dans l'optique de se saôuler à mort !

Repost 0
Published by LinguaSpirit
commenter cet article
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 11:26

eldr9vyozzmwwxfrmlwj.png

 

 

Communiquer avec des étrangers en 70 langues différentes de manière instantanée... C'est possible grâce à Joel Pèdre, 38 ans, originaire de Saint-Joseph, qui a inventé le "V-Koz". Avec à un dictionnaire intégré dans un casque relié à un smartphone ou une tablette, les langues les plus communes du monde peuvent être traduites instantanément.

10 langues sont disponibles hors connexion internet et 70 possibles en ligne. "On sélectionne le Japonais, par exemple, et on parle sa propre langue, explique Joël Pèdre, l'autre entendra l'équivalent dans une voix neutre en Japonais". Il précise que "l'appareil a la capacité de traduire des conversations simples comme les commandes d'un touriste dans un restaurant, mais aussi des échanges plus complexes comme l'interview d'un journaliste dans un pays étranger".

Il ajoute néanmoins que la traduction est optimale après un "apprentissage rapide des phrases de bases". "Certaines expressions peuvent porter à confusion, ajoute-t-il, comme le fait de demander une table dans un restaurant en Allemand peut donner "tablette de chocolat", mais ce sont certaines formules que l'on prend l'habitude d'employer avec l'appareil".

Avec la médaille d'Or qui lui a été remise en 2012 lors du salon des inventions à Genève, Joël Pèdre est confiant du potentiel du V-Koz. "La communication est un besoin primordial surtout dans un pays comme La Réunion qui connaît un problème de réception touristique, explique-t-il avant de voir plus large. A l'échelle mondiale, la communication peut résoudre d'importants problèmes".

Ce restaurateur de Saint-Joseph n'a pas dû rencontrer bon nombre d'étrangers chez lui mais c'est en voyageant qu'il a senti le besoin d'une communication plus fluide. "Et puis un jour j'ai vu deux enfants jouer avec des masques et faire des bruits et je me suis dit que ce serait super si les masques traduisaient toutes les langues".

Voilà sept ans que son idée est brevetée et qu'il dédie la majorité de son temps au projet. L'appareil vient d'être commercialisé sur le net.

Repost 0
Published by LinguaSpirit
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 12:41

guerre-guerre-couvLe Grand Prix SGDL de traduction récompense chaque année un traducteur émérite dont la qualité du travail depuis de longues années a favorisé l'émergence et la connaissance en France d'écrivains étrangers, quelle que soit la langue traduite.


Pour l'ensemble de son œuvre de traductrice, à l'occasion de sa traduction du hongrois de Guerre & Guerre de László Krasznahorkai (Editions Cambourakis), Joëlle Dufeuilly recevra le grand prix de la traduction 2014, de la SGDL.

 

Joëlle Dufeuilly traduit des auteurs hongrois depuis 1998. Elle a particulièrement traduit l'œuvre de Laszlo Krasznahorkai (cinq romans) et d'autres auteurs contemporains dont Laszlo Darvasi, Péter Esterhazy, György Dragoman. Joëlle Dufeuilly traduit également des auteurs classiques et de la littérature jeunesse.

 


Le jury du Grand Prix de traduction, présidé par Évelyne Châtelain, est composé d'auteurs célèvres tels que : Sophie Benech, Jacqueline Carnaud, Georges-Olivier Châteaureynaud, André Gabastou, Corinna Gepner, Dominique Le Brun, Marie Sellier, Carole Zalberg.

 


 


Repost 0
Published by LinguaSpirit
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 13:06

Traduit dans la majeure partie des langues du monde, Tintin ne s'était pas encore exprimé en albanais. C'est chose faite grâce à la petite maison d'édition Bénart qui présentera Skeptri i Otocaritlors du Salon du livre de Tirana du 12 au 16 novembre.

Skeptri Otocarit leger


« Djallo dreq me brirë !» (Par les cornes du Diable !) peut désormais s'exclamer le plus célèbre des journalistes belges à houppette. La petite maison d'édition française Bénart, dont c'est la première publication, a acheté les droits de l'album Le sceptre d'Ottokar à Casterman. Arben Selimi, son fondateur, souhaite mieux faire connaître un genre très peu diffusé en Albanie, la BD, dont le meilleur ambassadeur ne pouvait être que Tintin, a fortiori lorsqu'il se promène dans les Balkans...

 

 C'est le cas dans cet album où les paysages et l'histoire semblent inspirés de la péninsule balkanique. « Le personnage de Muskar XII  rappelle le roi Zog 1er qui régna en Albanie de 1928 à 1939 », selon Arben Selimi, qui est aussi l'auteur de cette traduction, en binôme avec Évelyne Noygues. Quant au dictateur Müsstler, à la tête de sa Garde d'acier, l'identité de ses modèles ne fait pas grand secret.   

 

 Rappelons que Tintin dans ce 8ème album, paru dans le Petit vingtième entre août 1938 et 1939, se rend en Syldavie, pays imaginaire dont le drapeau est inspiré du drapeau albanais, si ce n'est que l'aigle bicéphale est remplacé par un pélican et que le fond rouge est devenu jaune. La Syldavie, alors sous la menace d'une annexion par la Bordurie, sera sauvée in extremis de ce coup d'État fasciste par l'intervention du vaillant reporter. Celui-ci ne se laissera pas détourner de son aventure par sa rencontre avec l'envahissante Bianca Castafiore qui y apparaît pour la première fois. Tintin retournera plus tard en Syldavie dans Objectif Lune et On a marché sur la lune

 

« Nous sommes convaincus que non seulement l'accueil de la part des lecteurs sera bon, mais aussi et surtout que cela ouvrira le chemin à d'autres projets éditoriaux de ce type », s'enthousiasme Évelyne Noygues dont le blog Albania rassemble d'innombrables informations sur la culture albanaise. Elle rappelle que contrairement au Kosovo voisin (ex-Yousgoslavie) où « sous Tito, tous les enfants lisaient Tarzan, les Albanais, eux, n'ont pas connu les bulles ». L'absence de culture bédéphile a bien sûr influé sur les choix de traduction. Le marché de la BD est encore aujourd'hui très réduit.

Repost 0
Published by LinguaSpirit
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 13:13

 

globe-of-flags1-300x300


Le « curriculum vitae » (expression latine qui signifie "cours de la vie") est un moyen de communiquer des informations ciblées vous concernant. Il s'agit de votre première opportunité de faire bonne impression. C’est donc votre carte de visite, à vous, demandeur d'emploi, et aussi un argument de vente qui doit inciter le recruteur à s’intéresser à vous et par conséquent à vouloir vous rencontrer. Vous avez donc pris beaucoup de temps à bien le rédiger, pour qu’il soit ainsi en mesure de convaincre en quelques minutes seulement le recruteur.

Pourquoi ne feriez-vous pas de même pour la traduction de celui-ci ? Comme expliqué tantôt, il est très important de capitaliser sur les bénéfices d’un bon CV, bien rédigé. Dès lors, la traduction va jouer un rôle primordial car elle sera le prolongement d’une bonne rédaction dans une langue étrangère. Pour bien réussir cette étape, il est important de confier vos traductions à une agence de traduction professionnelle qui, au-delà de bien maitriser son sujet, va devenir un véritable partenaire.

 

Les recruteurs n’ayant généralement pas le temps d’examiner des CV en détails, les entreprises en reçoivent des dizaines voir des centaines par jour. Mal traduit, un CV a toutes les chances de se retrouver à la poubelle. D’où l’importance de confier sa traduction à un professionnel. Aussi, il ne suffit pas d’être bilingue ou trilingue pour s’improviser traducteur. Ce métier requiert des années de formation. Ainsi n’essayez pas de traduire vous-même votre CV. Vous risquez de passer à côté de réelles opportunités.

Repost 0
Published by LinguaSpirit
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 13:44

USA-copie-2.jpg

Le monde entier veut et vient étudier aux États-Unis : de l’Extrême au Moyen-Orient, de l’Amérique du Sud à l’Europe. Faut dire que l’expérience universitaire aux États-Unis, atout incomparable dans un parcours de formation, se transforme en véritable argument professionnel. Source: letudiant.fr


 

QUELS SONT LES FRAIS D’INSCRIPTION DANS LES UNIVERSITES AMERICAINES ?

Les frais d'inscription aux universités américaines varient énormément d'un établissement à l'autre, sans pour autant que cela soit justifié par une meilleure qualité d'enseignement. 

Selon les dernières statistiques du gouvernement américain, un étudiant dépense en tout près de 80 000 euros pour effectuer un cycle « Undergraduate » complet aux États-Unis. Cela comprend les frais d'inscription, mais aussi l'hébergement, les activités, la vie sur place... Cependant, ces frais qui peuvent apparaître importants sont à nuancer !

Des frais d'inscription aux universités à nuancer :

En effet, le système universitaire américain repose sur l'attribution de bourses d'études quasi-systématiquement, et pas uniquement sur critères sociaux ! Ainsi que de nombreux étudiants reçoivent des aides de la part des collectivités, du gouvernement, ou autres associations. Au final, une partie importante des étudiants ne dépensent pas plus de 20 000 euros sur l'ensemble de leurs études, soit au final beaucoup moins qu'en France ou la majorité des pays de l'Europe.

 Plus vos résultats sont bons, plus vous avez de chances de disposer de financement extérieur, bien que la situation soit déjà plus difficile pour les étudiants internationaux. Il reste malgré tout possible de recevoir des aides.

Des universités publiques moins chères que leur équivalent privé :

Les universités publiques, souvent citées comme "State University" pratiquent des frais d'inscription moins élevés que leur équivalent privé. Cela ne signifie en aucun cas que la qualité des formations proposées est inférieure, mais qu'une grande partie de leur financement provient du gouvernement et de l'état. 

Au final, il est difficile de donner une indication précise quand au coût réel de la formation que vous allez rejoindre. Les formations Undergraduate (Bachelor) sont moins chères que les formations Postgraduate (Master, MBA). Attention cependant, il arrive que les universités d'état rajoutent des frais supplémentaires pour les étudiants ne provenant pas de l'état en question, que cela soit des étudiants américains ou internationaux !

 

 

 

Repost 0
Published by LinguaSpirit
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 18:36
10492024 339041512914441 7027938091781418408 n
Contrairement à une idée reçue les Américains ne sont pas les seuls à appeler le football « soccer ». Ils le partagent avec les Australiens, Canadiens et autre Néo-Zélandais. L’origine de cette appellation remonte au 19e siècle en Angleterre.

En effet, à l’époque, différents jeux de ballons portaient le nom de football, mais en 1863, plusieurs équipes ont décidé d’appliquer un ensemble de règles communes et lui ont donné le nom d’Association Football. Mais les étudiants avaient l’habitude d’ajouter le suffixe « er » aux sports qu’ils pratiquaient. Ils disaient « Rubber » au lieu de Rugby et Association est devenu « Assoccer ». Quand on demandait à un étudiant s’il voulait jouer au « Rubber », il répondait : non je préfère le « Soccer raccourci pour le « Assoccer ». Les Américains ont préféré utiliser le mot Soccer, qui était aussi répandu à l’époque, pour éviter la confusion. 
Aujourd’hui aux Etats-Unis même si le « soccer » est loin d’être le sport favori des américains, le football venant loin derrière le basketball, le football américain, le baseball et le hokey sur glace, force est de reconnaitre qu’il y a de plus en plus un certain engouement pour ce sport. Lors de la coupe du monde 2014, 14 millions de téléspectateurs ont suivi la défaite de « team Usa » devant l’Allemagne, un record. Lors de chaque match les bars et les restaurants sont remplis à ras bord. Preuve du futur radieux du «soccer » chez les « Yankees ».

Repost 0
Published by LinguaSpirit
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 15:36

Admirez les attractions touristiques les plus visitées de Londres, la plupart étant gratuites. Que vous soyez passionné d'histoire, de science ou d'art, il y en a pour tous les goûts.


Le British Museum : Connu dans le monde entier, le British Museum expose les créations de l’Homme, de l’époque préhistorique jusqu’à nos jours, avec des collections provenant du monde entier. Parmi les œuvres phares, on retrouve la Pierre de rosette, les scultures du Partheon et les momies de l’Egypte antique. L’entrée est gratuite. 


Tate Modern : Situé sur les rives de la Tamise, la Tate Modern est le Musée national britannique d’art moderne et contemporain. LaTate Modern a été construite dans un ancien central électrique, ce qui explique sa forme particulière. A l’intérieur, vous découvrirez des expositions temporaires qui explorent les œuvres de grands artistes allant de Damien Hirst à Gauguin. Les restaurants de la gallérie d’art offrent une vue imprenable sur la ville. L’entrée est gratuite 


National Gallery : Président majestueusement Trafalgar Square, la National Gallery de Londres est un vaste espace qui renferme une vaste collection de peintures d’Europe occidental du 13 au 19eme siècle tels que Van Gogh, da Vinci, Botticelli, Constable, Renoir Titian et Stubbs. L’entrée est gratuite


Le Musée d’histoire naturelle : Tout comme l’exposition permanente sur les dinosaures, le Musée d’histoire naturelle recèle une collection des plus gros, des plus grands et des plus rares animaux du monde. Admirez une baleine bleue grandeur nature, une araignée vieille de 40 millions d’années et contemplez son somptueux hall d’entrée. Entrée gratuite


Le London Eye : Le London Eye constitue un élément majeur du paysage londonien. C'est la plus haute roue d'observation du monde, avec 32 cabines de 10 tonnes chacune, pouvant contenir jusqu'à 25 personnes. Montez à bord pour vivre une expérience à en couper le souffle, en profitant de vues inoubliables sur plus de 55 sites touristiques incontournables de Londres – le tout en seulement 30 minutes !


La Victoria & Albert Museum : L'art et le design sont à l'honneur au Musée V&A, où sont exposés 3000 ans d'objets provenant du monde entier. Une incroyable caverne d'Ali baba qui réserve bien des surprises : mobiliers, peintures, sculptures, pièces de ferronnerie, articles textiles, et la liste est encore longue… L'entrée est gratuite


Musée des sciences : De l'avenir des voyages dans l'espace aux questions difficiles comme « Qui suis-je ? », le Musée des sciences fait faire de la gymnastique de très haut niveau à votre cerveau. Regardez, touchez et vivez les plus grandes avancées scientifiques de ces 300 dernières années ; ne manquez pas l'impressionnant cinéma Imax. L'entrée est gratuite


La Tour de Londres : Partez à la découverte de la Tour de Londres, l'un des monuments les plus célèbres au monde. Découvrez ses 900 ans d'histoire en tant que palais royal, prison et site d'exécution, arsenal, gardienne des joyaux et zoo ! Levez les yeux pour contempler la Tour Blanche, traversez à pas de velours la chambre à coucher médiévale du roi et admirez les Joyaux de la Couronne.


Madame Tussaud : Partez à la rencontre des plus grandes stars de la planète en poussant les portes de Madame Tussaud. De Shakespeare à Lady Gaga, vous rencontrerez de grands noms du showbiz, du sport, de la politique et de la royauté. Prenez la pose aux côtés d'Usain Bolt, embrassez Brad Pitt ou saisissez cette chance inouïe de recevoir des acclamations publiques aux côtés de sa Majesté la Reine.


Les Royal Museums de Greenwich : Les Royal Museums de Greenwich sont au nombre de quatre : le National Maritim Museum, le Queen's House, le Royal Observatory avec le Planetarium Peter Harrison, et le Cutty Sark, tous dans le même quartier de Greenwich, site classé au patrimoine de l'humanité.

Repost 0
Published by LinguaSpirit
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 14:50

110

 

Le monde des fraternités étudiantes américaines fascine. Mais que cache vraiment cet univers à part ? Que dit-il de la société américaine ?

Elles font partie intégrante du paysage universitaire américain. Les fraternités étudiantes fascinent et se prêtent à tous les fantasmes possibles et imaginables. Mais quelle réalité se cache derrière le mythe ? Associées souvent à des dérapages telles que des soirées alcoolisées qui virent au drame, des bizutages d’une crudité sans nom, les fraternités (ou sororités pour les confréries féminines) étudiantes américaines connaissent pourtant une très grande diversité.

Si les clubs d'étudiants new-yorkais ont la réputation d'être effectivement assez "durs", les choses sont très différentes si l'on va dans des universités de l'Ohio ou du Michigan, comme le rapportait il y a quelques années le Figaro. Là-bas, les confréries étudiantes sont plus traditionnelles et les valeurs d'amitié et de solidarité priment sur celles de fêtes et de bizutage.

Pourtant, l'intégration des nouveaux venus au sein d'une fraternité étudiante passe quasi systématiquement par un bizutage en bonne et due forme. L'alcool, les défis plus ou moins humiliants et la sexualité y tiennent une place prépondérante. Néanmoins, à l'inverse de la France où les WEI (Week-end d’intégration) se doivent être de plus en plus sages, nul ne songeraient à remettre en cause l'existence de ces confréries aux États-Unis. Elles font partie du paysage universitaire, au même titre que la remise des diplômes ou les « roommates ». Une allégorie de la société américaine où chaque individu doit se forger une place au sein du groupe, quitte à se faire violence. Positif ou négatif ? Quel est votre avis ?

Repost 0
Published by LinguaSpirit
commenter cet article