Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 11:57
L’un des critères principaux qui détermine le choix d'un traducteur est sans nul doute le coût. Le premier mouvement est bien sûr de s’adresser dans la majorité des cas aux prestataires les moins chers. La plupart des agences de traduction facturant au mot, la comparaison semble facile. Mais d’abord, posons-nous les questions fondamentales.

Quelle est la différence entre une agence de traduction et un traducteur indépendant ?

 L’agence de traduction :

  • gère plus de langues puisqu’elle travaille avec de nombreux freelances à travers le monde.
  • peut être plus réactive car elle dispose de plusieurs intervenants dans une même combinaison linguistique. Il est donc extrêmement rare qu’une agence décline un projet par défaut d’effectif.
  • s’appuyant sur sa base de données, elle peut monter des équipes de traducteurs pour réduire les délais sur les gros projets urgents.
  • toutes les traductions qui lui sont confiées sont relues par un linguiste distinct
  • elle recherche le/les traducteur(s) adéquat(s) en fonction du domaine de vos documents (financier, informatique, juridique, médical, technique etc.)

Le traducteur indépendant :

  • traduit un nombre limité de combinaisons linguistiques
  • travaillant seul, sa capacité de travail est limitée à sa vitesse de traduction
  • ne peut se relire lui-même
  • Notons que certains traducteurs forment des collectifs ou des groupes afin de se relire les uns les autres et gérer ensemble des projets importants. Cependant, un traducteur ne peut pas être à la fois traducteur et chef d’un même projet, l’une des fonctions pouvant être exercée au détriment de l’autre.
  • Les traducteurs indépendants ont des domaines de spécialisation et ne peuvent pas traduire dans tous les domaines

Relire une traduction, une étape essentielle


Pourquoi dit-on d’un traducteur qu’il ne peut pas se relire lui-même ? Traduire un texte demande beaucoup de concentration et de rigueur. Quelque soit la qualité du traducteur, cette concentration et cette rigueur se perdent au fil de la traduction. Le traducteur n’a plus assez de recul par rapport au texte pour repérer ses propres erreurs (hormis les fautes grammaticales ou d’orthographe). Un regard neuf est alors indispensable.
 
Cependant, certaines traductions peuvent se passer d’une relecture externe lorsque le document est très court (maximum une page) et le traducteur très compétent. C’est souvent le cas pour la traduction de CV. Certaines agences vous proposent également l’option sans relecture si vous souhaitez réduire les coûts.

Tarifs des traducteurs indépendants

Le tarif d’un traducteur indépendant est, dans la majorité des cas, moins élevé que celui d’une agence de traduction. La raison est évidente, l’agence en tant que société, a plus de charges. Elle rémunère un chef de projet, un traducteur, un relecteur et bien souvent un graphiste pour reproduire la mise en page des documents (souvent complexe). Le traducteur indépendant a des charges bien moindres quoique, en fonction de son pays de résidence, significatives.

Si vous faites appel à un traducteur indépendant, comptez en moyenne en France, entre 7 et 10 cents d’euro le mot pour une traduction du français vers l’anglais (pour un texte général) si le traducteur applique un tarif « agence » c’est à dire le tarif qu’il réserve aux agences de traduction qui le sous-traitent. Cependant, la plupart des traducteurs indépendants augmentent leur tarif agence de 4 à 6 cents lorsqu’ils travaillent pour un client dit « direct » (sans l’intermédiaire de l’agence).


Traducteurs résidant à l’étranger


Un traducteur résidant en Inde, par exemple, où les charges sont minimes et la vie moins chère peut proposer le tiers voire même le quart de ce tarif. Pour une personne dont ce n’est pas le métier, il est très difficile de trouver un intervenant adéquat à l’étranger et de juger de sa valeur sans n’avoir jamais travaillé avec lui.

Tarifs des agences de traduction

Le tarif moyen en agence en France pour la même combinaison (français vers anglais) varie entre 12 et 20 cents selon le niveau de technicité du texte. Le tarif dépend également du délai. Le tarif est en général, un très bon indicateur de la qualité du travail qui vous sera fourni.

En deçà de 12 cents pour une traduction, il est presque certain que la relecture ne sera pas effectuée par une personne externe sauf si l’agence a les ressources en interne (un traducteur travaillant en interne).

Les agences de traduction font appel dans 80% des cas à des traducteurs indépendants. Les très bons traducteurs (surtout dans des domaines très pointus) ne font pas légion et travaillent pour de nombreuses agences. Ils sont très demandés et ont établi leurs tarifs en conséquence. Ces tarifs sont donc bien au-dessus de la moyenne exprimée plus haut. Cela s’explique aisément, les traductions très techniques ou très sensibles demandent un niveau d’expertise supérieur à la moyenne. En général, les clients sont conscients de ce facteur et prévoient un budget traduction en conséquence.

La règle est simple : lorsqu'un traducteur ou une agence tirent les tarifs vers le bas, cela signifie souvent qu'ils ne sont pas très demandés et donc pas très bons. Comment partout, les meilleurs sont souvent plus chers, même si les plus chers ne sont pas toujours les meilleurs !

Les collectifs de traducteurs

Certains traducteurs se réunissent en collectif ou groupe et créent un site professionnel qui peut donner l’impression d’être celui d’une agence de traduction. Cela ne signifie pas que le travail fourni sera d’une qualité moindre. Cependant, si vous recherchez une agence pour les garanties qu’elles offrent, cela peut vous induire en erreur. L’avantage principal de ces collectifs reste le prix. Lorsqu’ils sont bien organisés, ils proposent plusieurs combinaisons linguistiques, domaines de spécialisations et assurent une relecture par un traducteur différent. Dans ces cas là, les tarifs avoisinent ceux des agences.

Un bon collectif est facile à reconnaître :

- Ils ne proposent pas trop de combinaisons linguistiques
- Leurs tarifs ne sont pas trop bas
- Ils font apparaître sur leur site les noms et CV de leurs membres

Attention aux fausses agences de traduction

Il s’agit de collectifs qui entretiennent sur leur site une certaine ambigüité : ils ne déclarent pas clairement qu’ils ne sont pas des agences. Ils proposent en général des traductions à des tarifs très bas (8 cents ou moins) en assurant une relecture par un linguiste distinct. Attention, pour un tel tarif, il faudrait être une organisation à but non lucratif (et encore) mais en fait, il ne s’agit là que d’un discours commercial ne correspondant à aucune réalité.

En tant qu’agence de traduction, nous recevons nous-mêmes quotidiennement de nombreux courriels de ces « agences » proposant parfois des tarifs inférieurs à 6 cents.

Certains des clients de Linguaspirit le sont devenus après avoir été victimes de ces « agences », au vue de la qualité déplorable des traductions.

Méfiez-vous donc des tarifs trop bas et retenez qu’un tarif de traduction se détermine selon plusieurs critères :

  • La combinaison linguistique
  • Le domaine
  • Le délai
  • Le volume
La comparaison des tarifs n’est donc pas si aisée.

Traducteur indépendant, agence de traduction ou collectif de traducteurs : que choisir ?

Plus votre document est long et technique, plus il est préférable de faire appel à une agence. Dans ces cas là, il est conseillé d’éviter absolument les tarifs trop bas (en deçà de 12 cents quel que soit le volume).

Vous pouvez également vous adresser à un collectif s’il compte suffisamment de membres pour prendre en charge votre projet dans le délai imparti.

Si le délai et la longueur du document sont raisonnables, un traducteur indépendant peut tout à fait vous convenir pour tout type de document pourvu :

  • qu’on vous l’ait recommandé
  • que cela entre dans son domaine de spécialisation
  • qu’il traduise vers sa langue maternelle
  • que vous fassiez vous-mêmes appel à un relecteur

Il existe d’autres subtilités dans la détermination des tarifs de traduction que nous n’avons pas abordées ici telles que les remises en fonction de l’analyse des logiciels de TAO. Nous aborderons cette question dans un prochain billet.

Un dernier conseil : vous l’aurez compris, lorsque vous recherchez un traducteur ou une agence de traduction, privilégiez le critère de la qualité… une mauvaise traduction sera toujours trop chère !

*
Tous les tarifs indiqués dans ce billet sont exprimés en euro et au mot source (à traduire).

Partager cet article

Repost 0
Published by LinguaSpirit - dans Bonnes pratiques
commenter cet article

commentaires

K 26/11/2014 23:51

Si je suis un client (parfois j'ai besoin de la traduction), le nombre de combinaison linguistiques de l'agence ne m'interesse pas du tout. Il m'interesse seulement s'ils ont la combinaison dont
j'ai besoin. Je ne vais jamais a une agence, toujours chez un traducteur.

Si je suis un traducteur, une chose qui m'interesse c'est le tariff. Si les agences veulent le travail presque gratuit, elles devrait devenir officiellement les charites.

J'ai lu une fois un livre qui etait traduit en moitie par une traductrice, et en moitie par une agence. C'etait visible de quel place l'agence a commence la traduction - tellement c'etait mauvais.
Les agences n'offrent pas une bonne qualite, et on paye plus. Moi, je sais que je choisis comme un client.

Laure Meunier Guerin 11/06/2014 17:47

Merci pour cet article instructif. J'ai fait une maîtrise LEA affaires et commerce et suis compétente sur le plan des techniques de traduction (pratique et étude de Vinay et Darbelnet ...) et du
lexique, mais le rachat de mon principal client et 1 DEA m'ont fait passer de 13-14.000 FRF net facturés par mois à 0,02€/mot. Je vais choisir une autre approche ! Sauriez-vous éventuellement
comment retrouver des LEAs de Lyon III ? Bien cordialement.Laure Meunier Guerin

LinguaSpirit 11/06/2014 19:05



Bonjour. Nous sommes heureux que cet article vous ait été utile. Je vous encourage à effectivement envisager une nouvelle approche et ne plus accepter d'être payée 0,02€ par mot sauf dans les cas
particuliers et rares de traductions très volumineuses vous garantissant une régularité sur plusieurs mois voire même plusieurs années avec un revenu mensuel correct. J'espère avoir pu vous
aider. N'hésitez pas en cas de questions !



marie l. 13/01/2012 17:02

merci pour ces conseils, il est vrai qu'il existe un fossé énorme entre nos attentes et la réalité du marché. Tnt d'informations circulent sur la toile, qu'il est difficile de se faire une idée
claire des remunerations en vigueur.. l'agence pour laquelle je postule semble tarifer à des taux gloutons (40 centimes du mot pour un court texte à en croire leur site!) pour sous-traiter à 6
centimes... Ca me parait incroyable!

Marie Le Men 13/01/2012 11:02

Merci pour ce blog tres informatif. Je fais de la traduction depuis quelques mois, apres un Master spécialisé. Mais il semble presque impossible d'obtenir d'etre payée plus de 9 centimes. On me
propose une traduction tres specialisée de botanique, mais pour 6 centimes du mot,meme s'il s'agit d'un long contrat de 400 p j'hésite à accepter. La recherche lexicale prend beaucoup de temps.
Qu'en pensez vous?

LinguaSpirit 13/01/2012 16:39



Nous sommes très heureux que vous trouviez le blog intéressant. Nous sommes nous-mêmes confrontés à ce type de questions très régulièrement. Jusqu'où accepter de baisser nos tarifs? C'est
difficile de trancher. En général, vous pouvez vous permettre d'augmenter votre tarif après plusieurs mois ou davantage de collaboration une fois que vous avez fait vos preuves. Pour une première
collaboration, vous pouvez accepter ce tarif de 6 centimes. Cependant, dans le climat économique actuel et au vue de la concurrence grandissante dans notre secteur, rares sont les agences qui
acceptent de payer plus de 8 centimes même sur des traductions très techniques. Les clients finaux tirent constamment les tarifs vers le bas et finissent toujours par trouver une
agence/traducteur qui accepte. Malheureusement c'est la loi du marché et nous y sommes tous soumis.


 



Susanne 24/08/2011 13:57


Cher confrère,
Je ne peux que vous rejoindre sur ce que vous dites.
Nous combattons aussi les fausses agences de traduction qui détériore l´image de la profession.
Bonne continuation et félicitation pour ce blog.
Susanne